Сайт содержит материалы 18+
Share on vk
Share on facebook
Share on odnoklassniki
Share on twitter
Share on linkedin
Share on google
Share on telegram
Share on whatsapp
Share on email

HISTOIRE DU JOUR Selon Oleg Loginov. 10 septembre. L’ASSASSINAT DE JEAN L’INTRÉPIDE

Поделитесь записью
Share on vk
Share on facebook
Share on odnoklassniki
Share on twitter
Share on google
Share on linkedin
Share on whatsapp
Share on telegram
Share on email

HISTOIRE DU JOUR

Selon Oleg Loginov

10 septembre

L’ASSASSINAT DE JEAN L’INTRÉPIDE

Jean, duc de Bourgogne a gagné de ses contemporains le surnom honorifique de «l’Intrépide». Jean, à la tête des croisés français, se montra intrépide au secours du roi de Hongrie Sigismond contre les turcs. Mais pour gagner, le courage ne suffit pas. Lors de la bataille de Nicopolis, Jean a été capturé par les turcs et a dû payer une rançon de 200.000 ducats. Après la mort de son père en 1404, il devient duc de Bourgogne. Étant l’un des hommes les plus nobles de France, Jean voulut encore consolider sa position et lutta contre la maison d’Orléans à la cour du roi de France Charles VI.

De cette lutte, il est sorti victorieux grâce à l’assassinat insidieux de son principal rival — le duc Louis Ier d’Orléans, que Jean avait aussi des raisons particulières de haïr, le soupçonnant d’avoir des liens criminels avec sa femme. Après l’élimination de son rival, Jean passa la gestion de la France et la supervision de l’éducation du dauphin (plus tard le roi Charles VII). Cependant, faire face à l’élève n’était pas si facile.

Fils et héritier de Louis, Charles rassembla des alliés, dont Bernard VII d’Armagnac, pour soutenir ses demandes de restitution des biens confisqués. La paix fut solennellement conclue en 1410 et Jean retourna en Bourgogne. Les Armagnacs n’étaient pas satisfaits de leur pouvoir politique et, après une série d’émeutes et d’attaques contre les citadins, Jean fut rappelé dans la capitale, puis renvoyé en Bourgogne en 1413.

Illustration D’Augustin Challonel. «Massacre des Armagnacs par les Bourguignons, Paris, 1418»

Deux ans plus tard, les troupes de Jean procèdent au siège de Paris. Le 30 mai 1418, il s’empare de la ville où il soumet ses adversaires Armagnacs à des persécutions extrêmement violentes. Plusieurs d’entre eux ont été forcés de sauter du mur dentelé du Châtelet sur les lances de la foule qui les attendait en bas.

Auguste Couder. «Tanneguy du Châtel sauve le Dauphiné»» (1828)

Cependant, le dauphin, le futur roi Charles VII a réussi à s’échapper de la ville. Selon la légende, il a été porté aux mains du chevalier Breton Tanneguy du Chastel

Jean situé à Paris et s’est proclamé défenseur du roi. Bien que n’étant pas un allié ouvert des anglais, Jean n’a rien fait pour empêcher la reddition de Rouen en 1419. Avec la France du Nord occupée par les britanniques et Paris occupée par la Bourgogne, le dauphin tenta de conclure un accord avec Jean. Ils se sont rencontrés en juillet et ont juré d’observer la paix sur le pont de pouley, près de Melaine. Au motif que la paix n’était pas suffisamment étayée par une réunion à Poilly, une nouvelle réunion a été fixée le 10 septembre 1419 sur le pont de Montreux.

Jean l’Intrépide comprit que la rencontre avec le dauphin était un danger pour lui et renforça sa suite. Mais le dauphin a fait de même. Au milieu du pont, les charpentiers ont installé deux barrières avec des portes de chaque côté, formant une clôture pour la réunion. Il a été décidé que Charles et Jean entreraient dans la clôture, chacun accompagné de dix personnes, et que les portes seraient fermées pendant la réunion. Chacun des dix hommes a prêté serment.

L’atmosphère était tendue. Le duc s’agenouilla respectueusement devant le dauphin qui prétendait être indifférent. Debout, Jean, la main sur la poignée de l’épée.

— Vous mettez votre main sur l’épée en présence de son Altesse Dauphine? l’un des compagnons du dauphin, le Seigneur Robert de la Loire, lui a demandé.

Tanneguy du Châtel (au centre, en noir) coupe à la hache le duc de Bourgogne sur le pont de Montereau.

Et à ce moment-là, le chevalier Tanneguy du Châtel sortit de la suite de Charles et cria » Tuer, tuer!»soudain, il a frappé le duc avec une hache au visage en lui coupant une partie du menton. De l’impact et de la blessure, le duc a perdu ses sentiments, et pendant ce temps, une bataille a éclaté sur le pont. Du côté du Dauphiné, des renforts ont fait irruption dans une porte non verrouillée sur le pont. Le duc a été poignardé à plusieurs reprises dans des fentes dans son armure et le dauphin est resté imperturbable à distance.

Pat Nicole. «Le dauphin rencontre Jean l’Intrépide, duc de Bourgogne, sur un pont sur la Seine»

Jean l’Intrépide a été coupé du bras gauche, avec lequel il se fermait instinctivement de l’impact, puis le crâne a été coupé jusqu’au menton. On dit que les mêmes blessures et les mêmes armes ont été infligées il y a douze ans à Louis d’Orléans.

Cependant, ce meurtre a eu des conséquences très tristes pour la France. Alors que Jean Bestrashny n’a jamais cherché une Alliance avec les anglais, son héritier Philippe, devenu le nouveau duc de Bourgogne pour venger le père du dauphin de France Charles, en 1420, Philippe a conclu une Alliance avec le roi d’Angleterre Henri V. en 1430, ce sont les troupes bourguignonnes qui ont capturé à Compiègne Jeanne d’Arc et l’ont

Article connexe: Assassinat du duc d’Orléans

* Les textes de Wikipedia et d’autres ressources en ligne ont été utilisés.

* Traduit par dictionnaire électronique. Le texte original en russe et bien plus encore sur le sujet criminel peuvent être sélectionnés sur la page principale du site — http://crimerecords.info/

Оставьте отзыв